Crédit photo : Loie Fuller Research by Ola Maciejewska Photo Martin Argyroglo

Les résidences

"La ménagerie de verre appartient aux artistes pour qui le corps est à la fois l’objet et le sujet de l’expérience, des artistes pour qui le corps est lieu de parole et lieu d’écoute, en lien direct et intense avec son contexte, son environnement "

-

Depuis sa création en 1983, la ménagerie de verre s’est imposée comme un véritable laboratoire d’expérimentation de la danse et du théâtre contemporain.

Le projet de résidence de la ménagerie de verre ne s’arrête pas à la déclinaison de besoins spécifiques destinés à un enseignement de pratiques chorégraphiques identifiées. Il s’agit de faire venir dans un lieu « renommé » des personnes issues d’une grande pluralité de secteurs professionnels qui investissent, à un moment donné, un projet construit à travers la spécificité de leur culture du corps ou de l’image du corps. La résidence devient un lieu d’invention de dispositifs destinés à mettre en crise ces cultures spécifiques en les confrontant à des projets artistiques qui ouvrent de nouvelles formes de relations avec le public. Permettre à ces artistes d’être résidents d’un lieu, au-delà des temps de présence qui leur est imparti dans la préparation de leurs projets ou leur temps d’activité pédagogique, c’est leur donner, les moyens de formuler des invitations qu’ils pensent nécessaires pour le développement de leur travail.
Ces invitations créent ainsi un environnement de pratiques dont ils peuvent faire profiter leur équipe et un public (spectateurs, amateurs, professionnels…). C’est dans cet environnement que se rapprochent l’acquisition de savoirs constitués et d’autres plus expérimentaux, injectés dans des dispositifs pédagogiques transversaux, en lien direct avec la réception ou la fabrication d’un art contemporain. Les équipes peuvent alors envisager des dispositifs de partage de la continuité de leur travail. Ce principe de résidence d’artistes ouverte permet aussi de considérer le public autrement qu’un consommateur d’œuvre ou de pratique artistique.

« La ménagerie de verre est la matérialisation d’une vision généreuse. Elle est devenue un lieu de référence, capable de s’inscrire dans l’histoire. On parlera peut-être un jour de la ménagerie pour la danse comme on évoque maintenant Le Bateau Lavoir en peinture. »
Libération

  • -

    Du 02 Janvier 2017 au 01 Janvier 2018

     

    CÉSAR VAYSSIÉ réalise des films et conçoit des évènements.
    Il investit plusieurs champs artistiques et développe la relation art et politique. Ni danseur ni chorégraphe, il utilise le matériau chorégraphique comme phénomène d’engagement. Ses travaux ont été montrés au Folkwang Museum (Essen), au Théâtre Nanterre-Amandiers, au MuCEM (Actoral.15), à la FIAC Paris, à la Tate Modern et dans de nombreux lieux dédiés aux arts visuels et au spectacle vivant. LEVÉE film avec Boris Charmatz 2014 THE SWEETEST CHOICE installation avec François Chaignaud 2015 UFE (UNITEDFOREXPERIENCE) performance 2015 UFE (UNFILMÉVÈNEMENT) film 2016 COPROUDUCTION performance 2016

     

    /////////////////////////////   LE PROJET EXEMPLE   /////////////////////////////

    À l’occasion de sa résidence 2017 à la ménagerie de verre, César Vayssié conduira le projet EXEMPLE, dont une première version sera présentée aux Inaccoutumés 2017. Centrée sur l’opposition civilisé / sauvage, cette création prolonge le discours sur les formes du comportement collectif dans l’idée de reformuler des modèles (de relation, d’art, de société). Avec des propositions qui associent danse, recherche plastique et performance, l’intention est de produire des actes d’inversions, burlesques et poétiques (chorégraphiques) à partir de formes élaborées. Ce mouvement propose une dramaturgie du «repartir à zero». Dégraisser l’expérience (culture) pour montrer un réel primitif (nature). Les propositions de cette résidence 2017 sont sous-titrées : the raw and the cooked research

     

    ///////////////////////////////   CARTE BLANCHE   ///////////////////////////////

    le 21 avril 2017, 20h

    dispositif chorégraphique
    conception César Vayssié
    avec Dominique Gilliot, Raphaëlle Delaunay, Julia Perazzini, Volmir Cordeiro

    Se positionner face à la présence réelle ou virtuelle de l’autre en respectant des consignes tout en restant soi-même dans un projet commun.
    Ça ne vous rappelle rien? Dans un studio à part, A propose une action (inspirée d’une partition sonore ou visuelle que personne ne voit).
    Dans l’espace scénique, un écran, face au public, retransmet en direct les propositions de A.
    Face à l’écran (dos au public), B reproduit les actions de A (d’après l’écran).
    Non loin, il y a C (face public, ne voit pas l’écran) qui interprète les gestes de B.
    Ailleurs, D reproduit la proposition de C. Une caméra filme D, l’image est projetée sur un autre écran.
    Les participants A B C et D échangent leur place pour occuper alternativement chaque zone.
    A chaque changement, Il y a une étape possible dans une zone où l’on peut déguster un Spritz…

     EN SAVOIR +

     

     

    //////////////////   CARTE BLANCHE . EXHIBITION DIRECT   ///////////////////

    avec des artistes / interprètes invités (distribution en cours)
    Jouant sur le double sens du mot exhibition en français et en anglais exhibition direct et une exposition virtuelle d’actions vivantes sans public diffusées en direct sur internet. Paradoxe d’un art vivant visible en image, uniquement en temps réel. Confusion du statut de l’acte et de l’oeuvre. Opposition de l’unicité de l’action à la multiplicité de sa réception.

     

     

    /////////   LE WORKSHOP . THE RAW AND THE COOKED RESEARCH   /////////

    du 22 au 26 mai 2017, 14h30 – 17h30

    Axé sur la thématique du projet EXEMPLE, cet atelier d’une semaine s’adresse aux danseurs, comédiens et étudiants. Il entend confronter les participants aux notions de savoir et d’ignorance et par transgression de vécu et de filmé. Avec le groupe, créer une attitude chorégraphique sauvage qui est pourtant la conséquence de consignes précises. Susciter des actes spontanés qui révèlent la capacité à faire abstraction de la maitrise. Ce workshop fera l’objet d’un film.

     

    www.cesarvayssie.com

     

  • -

    Du 02 Janvier 2017 au 01 Janvier 2018

     

    //////////////////////////////   CONVERSATIONS …   /////////////////////////////

    Avec cette nouvelle création, inspirée par le genre littéraire du XVIIIème siècle du conte philosophique, Ivana Müller continue de développer un intérêt pour les métaphores, et leurs effets directs et physiques sur notre pensée, en créant une réflexion personnelle et décalée sur le monde dans lequel nous vivons. CONVERSATIONS… est une pièce de groupe dans laquelle certains concepts philosophiques comme Travail, Illusion, Corps, Ensemble, Nature etc. deviennent incarnés et entrent en dialogue les uns avec les autres. Ces concepts obtiennent un corps, une voix et donc une possibilité d’interagir. Interprétée par quatre humains et par un certain nombre de plantes (de formes, de tailles et de caractères différents), la pièce est construite comme une série de conversations au cours desquelles de nouveaux points de vue sur la façon dont nous vivons et travaillons ensemble sont offerts. Ponctué de rencontres inattendues, le spectacle se déroule dans un univers inhabituel voire absurde.
    Dans CONVERSATIONS… Ivana Müller cherche à rendre visible une nouvelle manière dont les idées sont représentées et incarnées, en leur donnant non seulement un contexte philosophique mais aussi un corps physique, celui de l’interprète.
    Pour cette création Ivana Müller collaborera avec Hélène Iratchet, Julien Lacroix, Anne Lenglet, Vincent Weber comme interprètes, Martin Kaffarnik comme créateur sonore et lumière, Jonas Rutgeerts comme collaborateur artistique.

    ///////////////////////////////   CARTE BLANCHE   ///////////////////////////////

    le 20 mai 2017, 19h

    Conversations engagées lors d’une longue nuit de printemps

    Le samedi 20 mai à la ménagerie de verre à Paris : une soirée carte blanche proposée par Ivana Müller dans le cadre de sa résidence d’artiste associée, avec différentes propositions scéniques et performatives inspirées par la forme de la conversation. En se penchant sur les relations entre la nature et la culture, entre le corps et l’esprit, entre la voix et le script, et sur les différentes formes de participation(s), Ivana Müller vous propose une soirée de rencontres et d’échanges avec des proches et des étrangers, en communauté, en solo ou à deux.

    Au programme

    We Are Still Watching – performance participative pour et avec 60 spectateurs/ 19h et 21h
    Joué depuis 2012 à chaque fois par une nouvelle communauté de spectateurs, We Are Still Watching retourne pour cette carte blanche à Paris.
    Texte : Ivana Müller en collaboration avec Andrea Bozic, David Weber-Krebs et Jonas Rutgeerts, la version française traduite en collaboration avec Gilles Amalvi.
    Conversations hors-champs – installation interactive pour 10 tentes et 10 couples/ pendant toute la soirée.
    Conçu et écrit par Ivana Müller en collaboration avec Julien Lacroix et Anne Langlet.
    Réfléxions Partagées – texte co-écrit par les spectateurs/ en boucle toute la soirée.
    XXXXXXX – une vidéo plutôt classique proposant un voyage en train, quelque part en Europe/ projection toutes les 20 minutes pendant toute la soirée.

     

     

    ///////////////////////////////   LE PROJET T.R.I.P.   /////////////////////////////

    Dans le cadre de sa résidence à la ménagerie de verre en 2017 en tant qu’artiste associée, Ivana Müller travaillera sur deux projets : l’atelier de recherche chorégraphique T.R.I.P. et la création CONVERSATIONS… qui sera présentée en novembre dans le cadre des Inaccoutumés.

    T.R.I.P.
    est un laboratoire de recherche qui a pour but principal la création d’un espace d’expérimentations, de réflexions, de rencontres et d’échanges dans le domaine des écritures et de la production chorégraphique. Un des enjeux de cet atelier pour chorégraphes est de proposer un soutien structuré aux pratiques de travail de chaque participant. T.R.I.P. prendra la forme de 11 réunions (une journée par mois) durant l’année 2017. Chacun des participants montrera un travail en cours/une proposition performative/ une expérience. Chaque proposition individuelle sera présentée de la manière qui convient le plus à la proposition elle-même ; la forme de la présentation et la méthodologie de partage sera ainsi à réinventer à chaque session. La longue durée du projet a le potentiel de développer un corps commun d’influence et de tisser d’autres types de relations et d’associations entre les chorégraphes participants.
    A la fin de l’année, une présentation des formes créées dans ce contexte sera organisée à la ménagerie de verre.
    Une publication basée sur l’expérience des pratiques partagées avec les contributions de tous les participants sera éditée.

    T.R.I.P. n’est pas basé sur une économie monétaire.

    T.R.I.P. peut être utilisé comme un modèle pilote pour une pratique qui se consolidera dans le futur. Cette proposition est basée sur des expériences qu’Ivana Müller a acquis dans le domaine de recherche et partage chorégraphique au cours des 19 dernières années dans différents contextes, comme chorégraphe, mentor et collègue.
    Les participants à T.R.I.P. 2017 sont Bryan Campbell, Céline Cartillier, Duncan Evennou, Madeleine Fournier, Hélène Iratchet, Anne Lenglet, Olivier Normand, Pauline Simon, Bahar Temiz et Vincent Weber.

    Tous les participants sont des chorégraphes parisiens ; T.R.I.P. est donc un vrai investissement durable dans le dynamisme de la scène locale. Ce projet a bénéficié de la mise à disposition de studio au CND, un centre d’art pour la danse.

    Le 15 décembre 2017, une soirée consacrée à la présentation du projet T.R.I.P.
    avec des propositions chorégraphiques et la parution de la publication.

     

     

    www.ivanamuller.com

Vous souhaitez effectuer une demande de StudioLab

-

Ajouter des visuels