Conférence sur rien

Jérôme Bel

vendredi 30 novembre et samedi 1er décembre à 20h30
-

 

 

« En 1949, John Cage donne une conférence à l’Artist’s Club de New York. Son texte, Lecture on Nothing, adopte la structure de ses récentes compositions musicales. C’est à la fois un manifeste artistique et une expérience d’écoute proche de l’hypnose.

« Je n’ai rien à dire et je le dis. » Ces paroles de John Cage, à l’ouverture de son discours, dissimulent à peine l’incroyable richesse de cette Conférence sur rien. Philosophie, musicologie, poésie, autobiographie, récit, méditation, utopie… John Cage, cet artiste éclectique, qui ne fut pas seulement musicien, a énormément de choses à nous dire. Ou plutôt à nous faire entendre, à nous faire percevoir. Sa réflexion a une portée éthique, voire politique : de quoi avons-nous besoin ? Où trouver la joie ? Comment aimer le monde qui nous entoure ? Par le retrait qu’il opère, la suspension du sens au profit de l’écoute, Cage ouvre un champ nouveau d’expérimentation.

Sylvain Maestraggi

 

DISTRIBUTION

 

Conférence sur rien (1949)
De : John Cage (1912-1992)
Lu par : Jérôme Bel
Traduction : Vincent Barras in Silence – Conférences et écrits. Editions Héros-Limite

Production : R.B. Jérôme Bel (Paris)
Remerciements : La Commune Centre dramatique national d’Aubervilliers, Festival d’Automne à Paris, The John Cage Trust.

R.B. Jérôme Bel reçoit le soutien de la Direction régionale des affaires culturelles d’Île-de-France – Ministère de la Culture et de la Communication, de l’Institut Français – Ministère des Affaires Etrangères – pour ses tournées à l’étranger  et de l’ONDA – Office National de Diffusion Artistique – pour ses tournées en France

  • Tarif Plein : 15 € close Billet sans réduction +
  • Tarif Réduit : 13 € close étudiants, moins de 25 ans, demandeurs d’emploi, bénéficiaires des minima sociaux +
  • Tarif Adhérent : 7 € close Carte d’adhésion 30€ (carte valable un an de date à date: des tarifs préférentiels sur toutes les activités pédagogiques et tous les spectacles) +
événement
facebook
Jérôme Bel
-

Dans ses premières pièces (Nom donné par l’auteurJérôme Bel, Shirtologie…), Jérôme Bel applique des opérations structuralistes à la danse pour isoler les éléments premiers du spectacle théâtral. La neutralisation des critères formels et la distance prise avec le langage chorégraphique le conduisent à réduire ses pièces à leur minimum opérant pour mieux faire émerger une lecture critique de l’économie de la scène, comme du corps qui s’y produit.
Son intérêt se déplace par la suite de la danse comme pratique scénique à la question de l’interprète comme individu particulier. La série des portraits de danseurs (Véronique Doisneau, Cédric Andrieux…) aborde la danse par le récit de ceux qui la font, met en avant la parole dans un spectacle chorégraphique et impose la question de la singularité sur scène. La critique formelle et institutionnelle prend ici la forme d’une déconstruction par le discours, dans un geste subversif qui radicalise son rapport à la chorégraphie.
Par le recours au biographique, Jérôme Bel politise ses interrogations, attentif à la crise du sujet dans la société contemporaine et aux modalités de sa représentation sur scène. En germe dans The show must go on, il nourrit des interrogations sur ce que peut politiquement le théâtre qui s’affirment à partir de Disabled Theater. Proposant la scène à des interprètes non traditionnel.le.s (amateur.rice.s, handicapé.e.s moteurs et mentaux.ales, enfants…), il privilégie la communauté des différences au groupe formaté, le désir de danser à la chorégraphie, pour mettre en œuvre les moyens d’une émancipation par l’art.
Invité lors de biennales d’art contemporain et dans des institutions muséales (TATE Modern, MoMA, Documenta 13, musée du Louvre…), il y intervient en présentant des performances et des films. Deux d’entre eux, Véronique Doisneau et Shirtologie, font partie des collections du Musée National d’Art Moderne-Centre Pompidou. Jérôme Bel est régulièrement convié à donner des conférences dans des universités (Waseda, UCLA, Stanford…). En 2013, il co-signe, avec le chorégraphe Boris Charmatz, Emails 2009-2010, publié aux Presses du Réel.

- Découvrir les autres spectacles -

http://www.menagerie-de-verre.org/wp-content/uploads/2018/02/PALSEMBLEU-1-Sarah-Blum.jpg http://www.menagerie-de-verre.org/wp-content/uploads/2018/09/1bd.jpeg http://www.menagerie-de-verre.org/wp-content/uploads/2017/06/ClaudiaTriozzi_PourUneTheseVivante5_PhotoClaudiaTriozzi-e1498225287515.jpg http://www.menagerie-de-verre.org/wp-content/uploads/2017/06/vana-Muller.jpg