La Fille du collectionneur

Théo Mercier

mardi 14, mercredi 15 et jeudi 16 novembre à 21h À NANTERRE-AMANDIERS
-

(…) La fille du collectionneur veut faire les médiums d’une visite  d’un genre inédit.
Sujets réels, souvenirs, détails, recompositions et décompositions s’agenceront pour donner à voir et à éprouver une intériorité, un imaginaire mis à nu et au grand jour. Entre la salle noire du théâtre et la boîte blanche du musée, entre la certitude du monde réel et les faux pas de la mémoire, se dessine un espace mental où le chaos et la multiplicité parviennent parfois à trouver un sens, parfois se déchirent.C’est cette incertitude de l’esprit, de ses liens d’avec le réel que nous voulons éprouver sur scène.

Comme on dressait des palais de mémoire, une scénographie a été conçue comme autant de lieux signifiants mais non orientés narrativement. Ce cadre mobile sera l’objet d’une déambulation, certains recoins sont déjà habités, d’autres à construire.
Nous voulons voir et partager ce que l’on pourrait nommer les plis de l’esprit, et ce dépliage aura pour analogie la visite d’une collection dont chaque œuvre, pour une fois mobile ne peut être saisie que par instant.

La fille du collectionneur, interprétée par Marlène Saldana, est modèle de nu tout comme son interprète l’a été pendant très longtemps. Son corps sera le point de départ de cette visite, en tant qu’il est un « lieu commun », celui de la tradition de pose de nu et un « hors du commun », singularité absolue de la personne. C’est dans cette tension entre la règle et le hors norme, entre la composition et la décomposition que nous suivrons la fille du collectionneur, ne sachant plus très bien si elle est sujet premier du tableau ou appelée à disparaitre ou encore première spectatrice.

Tout comme elle, les différents interprètes seront amenés à investir l’œuvre scénographique à différents degrés de réalité. Du simple spectateur/critique à l’émanation imaginaire d’un pan de toile, ils interviendront en autant de danses, chants et dialogues qui seront peut-être des œuvres abouties, peut-être des souvenirs recomposés.

Ce télescopage entre les différentes positions qui gravitent autour d’une œuvre d’art (modèle, artiste, spectateur, critique) et ses différents modes d’appréhension (projet, création, aboutissement, souvenirs) est à prendre comme un jeu qui déplace le spectateur de sa position frontale, biaise le face à face en intégrant un avant et un après au sein même de l’œuvre.
C’est comme mettre l’atelier de l’artiste au grand jour, partager le plaisir, la joie, de ce qui existe avant d’être exposé.

 

 

DISTRIBUTION

conception et mise en scène Théo Mercier
avec François Chaignaud, Jonathan Drillet, Harris Gkekas, Angela Laurier, Marlène Saldana
scénographie, réalisation des tableaux et sculptures Théo Mercier, Arthur Hoffner
assistant à la mise en scène Florent Jacob
dessins et story-boards Jérémy Piningre
musique Laurent Durupt
création lumière Eric Soyer
stagiaires costumes – scénographie Anaïs Caulat, Juline Darde-Gervais, Alice Louradour
construction décors Les ateliers de Nanterre-Amandiers
production Nanterre-Amandiers, centre dramatique national
coproduction Ménagerie de Verre, Bonlieu Scène nationale Annecy
dans le cadre de l’ouverture du festival Les Inaccoutumés de la Ménagerie de Verre

Avec le soutien de la fondation d’entreprise Hermès dans le cadre de son programme « New Settings »
Ce projet reçoit le soutien de l’APAP – Performing Europe 2020 – avec le soutien du Programme Culture de l’Union Européenne

Plus d’informations : theomercier.com / nanterre-amandiers.com

NAVETTE

Une navette gratuite sera mise à disposition des spectateurs (départ à 19h de la ménagerie de verre, retour après le spectacle à Châtelet-Les Halles, dans la limite des places disponibles). Réservation par mail à info@menagerie-de-verre.org ou par téléphone au 01 43 38 33 44

 

BILLETTERIE

L’achat des billets se fait uniquement auprès de Nanterre-Amandiers : http://bit.ly/2hrGIWP

événement
facebook
Martin Argyroglo
Théo Mercier
-

Après avoir travaillé avec Bernhard Willhelm sur sa collection de robes de scènes pour Björk, Théo Mercier part s’installer en 2008 à New York pour assister l’artiste Matthew Barney. Puis, résident à la Villa Medicis de Rome, il écrit son premier spectacle et fait de son atelier une véritable exposition. En 2014, Théo Mercier est nominé pour le prix Marcel Duchamp. Il travaille ensuite à l’élaboration de plusieurs expositions personnelles et collectives.

En parallèle, Théo Mercier développe depuis quelques années un travail performatif. En 2013, il dirige son premier spectacle, Du futur faisons table rase, présenté à Nanterre-Amandiers en décembre 2014. Sa dernière création Radio Vinci Park a été créée en 2016 à la Ménagerie de Verre lors du festival Etrange Cargo 2016.

plus d’informations theomercier.com

- Découvrir les autres spectacles -

http://www.menagerie-de-verre.org/wp-content/uploads/2017/06/ClaudiaTriozzi_PourUneTheseVivante5_PhotoClaudiaTriozzi-e1498225287515.jpg http://www.menagerie-de-verre.org/wp-content/uploads/2017/06/Christophe-Egea-624x413.jpg http://www.menagerie-de-verre.org/wp-content/uploads/2016/09/photos-Remy-Artiges.jpg http://www.menagerie-de-verre.org/wp-content/uploads/2017/06/RADO-VNC-PARK2.jpg